DND_Coul.png

Les résident(e)s 2022

Découvrez les 4 projets qui ont été sélectionnés par un jury de professionnels. Les 4 auteur(e)s seront accueilli(e)s en résidence à Arles du 26 septembre au 20 octobre afin de retravailler leurs scénarios avec l'aide de professionnels du secteur.

Seunghui Choi - Xini

Xini_photo.JPG

Née en 1996 à Daegu, Corée du Sud, elle quitte son pays à 18 ans pour faire ses études en France. Elle obtient une licence de Cinéma à l’Université Lyon II en 2019. Après quelques rôles dans des courts-métrages, elle poursuit sa carrière de comédienne tout en travaillant à côté sur des projets audiovisuels franco-coréens. En 2022, elle écrit son premier court-métrage d’animation Xini.

Le Pitch ?

Haemi, vingt-cinq ans, sud-coréenne, vit depuis quelques années en France. Un jour, elle reçoit la visite de sa mère. Haemi n'a pas osé lui avouer qu’elle vivait avec un français, son copain. Qui est cette créature qui apparaît tandis que la vérité éclate ? 

Xini_visuel.jpg

Hugo de Faucompret - Trois contes aux petits oignons

profil_festival_Hdefaucompret.jpg

Hugo de Faucompret est né le 27 juin 1990 en Normandie, enfant de la forêt puis ado de la mer, il aime écrire et réaliser des films d’animation, les fesses nues dans l’eau fraîche. Et tout bien dessiné image par image à la main, comme on les aime, avec des décors délicatement peints sur du papier véritable, sisi. Entre 2015 et 2019, son diplôme des Gobelins sous le coude, il alterne entre productions indépendantes et projets personnels avec ses 11 ami.es du collectif STZ (Souviens Ten-Zan). Son dernier film Maman Pleut des Cordes (2021) a été produit par Laïdak Films & DandeloOo. Actuellement basé à Valence, il se consacre à la conception de ses prochains projets. Et il se pourrait que ce ne soit pas que de l’animation... Il sera en résidence à Arles pour son projet "Trois contes aux petits oignons".

Au cœur d’une campagne française, le Hameau de l’Enfer est le théâtre de tranches de vie singulières. C’est là-bas que Jeanne est envoyée, chez sa Mémé Oignon, quand sa maman Cécile a besoin de temps pour soigner sa dépression. C’est aussi là, tout près dans la forêt, que vit Cloclo, le géant clodo musicien qui a pris Jeanne sous son aile. Malgré lui, il l’entraînera elle et ses amis au cœur de son monde, dans une aventure déracinante aux frontières du fantastique. Quelques temps plus tard c’est Mémé qui s’en va, mais pour de bon cette fois, même si son fantôme ne l’entend pas de cette oreille... C’est à Cloclo, sur son trente-et-un, que revient la lecture du testament. Cette ultime facétie de Mémé embarque Jeanne, Cécile et leurs amis dans une cavale effrénée sur les routes en vue d’exaucer sa dernière volonté : se faire humuser.

Dans chacune de ces histoires les personnages sont ballottés par la météo de la vie, dans ce qu’elle a de rude, mais aussi de beau, de festif, de poétique, avec ses éclaircies et ses intempéries. Trois histoires aux petits oignons pour faire danser dans les chaumières.

TCPO_visdev_carnets_01_03.jpg

Manon David - Le Monde à l’Ǝnvers

MANON PHOTO.jpg
Capture d’écran 2022-09-22 à 13.14.21.png

Après la création du « Début de la fin », son premier film d’animation en stop-motion réalisé en autodidacte en parallèle de ses études de lettres, Manon alterne entre un DMA de cinema d’animation à Paris où elle découvre l’animation 2D et l’écriture par le biais de différents projets (« Le répondeur", « le Cordon.. ») et des tournages de prise de vue réelle comme assistante de décoration (« Jeune femme » d’Eleonor Serailles). Elle poursuit ses études à La Poudrière où elle a l’occasion de réaliser trois films dont « Les vacances de la Loose », son film de fin d’étude, préacheté par Arte et diffusé sur la chaine dans le cadre de l’émission Court-circuit. Son projet de court métrage, « NO FUTURE », co-écrit avec Clara Lemaire Anspache, reçoit l’aide à l’écriture de CICLIC Centre Val de Loire. Elle développe également l’écriture de son projet de série : « Le monde à l’Ǝnvers », dans le cadre de la résidence Série et Unitaire de la Poudrière et le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, puis accompagné avec Les femmes s’animent par le mentorat de Marine Lachenaud.

Le Pitch ?

Après que Clara ait confié à son psy son impression désagréable d’être le personnage secondaire de son couple, la série retrace le parcours de sa vie à l’envers : de ses 25 ans jusqu’à sa naissance. Lorsque la psychanalyse parodie la vie et que la vie parodie la psychanalyse, on finit par se demander si ce ne serait pas au tour de la société de s’allonger sur le divan ?

Violette Talalaeff - Le vent dans nos cheveux

photo_violette.jpg
concept_clemence_still.jpg

Née en 2001 dans les Yvelines, Violette Talalaeff pose ses valises en 2018 à Arles pour ses études à MoPA. Touche-à-tout, c’est durant la création de son premier très-court fait en solo pendant sa 3ème année qu’elle se trouve un vif intérêt pour la réalisation. Elle anime et réalise des courts-métrages avec son collectif Mezzanine depuis plusieurs années. De fil en aiguille, et après avoir remporté le 1er Prix du Jury des pitchs de films d’étudiants de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur à l’occasion du CartoonNext pour son projet “Le vent dans nos cheveux”, elle cherche à continuer dans cette voie avec ses propres projets audiovisuels. Actuellement en dernière année, elle réalise son film de fin d’études prévu pour juin 2023 tout en travaillant à côté sur son projet de long-métrage d’animation “Le vent dans nos cheveux”. 

Le Pitch ?

Rebelle et enjouée, Masih est une lycéenne de 17 ans élevée dans un petit village du nord de l’Iran. Elle n’a qu’une hâte : rentrer à l’université et partir vivre à la capitale avec ses copines Nesrin et Leyla, ce à quoi s'opposent fermement ses parents. Elles fondent ensemble un club de littérature secret avec son frère Ali et son ami Samir. Leur avenir est compromis quand tous les membres du club sont accusés de comploter contre le gouvernement, mettant en danger leurs familles et leur fermant l’accès à l’université de leurs rêves. A un âge où on se cherche encore, leur désir d’émancipation va devenir problématique.